منتدى نسائم العلم

منتدى للعلوم الشرعية
 
الرئيسيةالرئيسية  اليوميةاليومية  س .و .جس .و .ج  بحـثبحـث  الأعضاءالأعضاء  المجموعاتالمجموعات  التسجيلالتسجيل  دخول  

شاطر | 
 

 سيرة ذاتية مختصرة للشيخ الألباني رحمه الله Brief biography of Sheikh Al-Albani may Go

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
أم أبي التراب
Admin
avatar

المساهمات : 478
تاريخ التسجيل : 14/05/2017

مُساهمةموضوع: سيرة ذاتية مختصرة للشيخ الألباني رحمه الله Brief biography of Sheikh Al-Albani may Go   الإثنين يونيو 12, 2017 4:12 am


سيرة ذاتية مختصرة للشيخ الألباني رحمه الله

Brief biography of Sheikh Al-Albani (may God have mercy on him) - English

His Name and Lineage:

He was Muhammad Naasir-ud-Deen Ibn Nooh Ibn Aadam Najaatee, al-Albaani by birth, Ad-Dimashqee by residence and Al-Urdunee (from Jordan) due to his migration and place of death. He was born in Ashkodera, the capital of Albania, in the year 1332H (1914 C.E.) and it is to this country that he ascribes himself.

He was a Muhaddith (scholar of hadeeth), a Faqeeh (scholar of Fiqh), a caller to the Book and the Sunnah with the understanding of the Salaf As-Saalih (righteous predecessors). And he was a proficient writer and an expert scholar.

His father was Al-Hajj Nooh, from the major Hanafee scholars of his land. During the doomed secularist, Ahmad Zogu’s [1] reign of Albania there was severe oppression for the Muslims of that land. Because of this, Al-Hajj Nooh migrated with all of his children, which included Muhammad Naasir-ud-Deen, fleeing for the sake of his religion to the land of Shaam. He traveled to Shaam due to what was reported in the prophetic ahaadeeth about its virtues and merits. And it is there that he and his family took residence. Fifty years later, the Shaykh (al-Albaani) migrated from here to ‘Amaan, the capital of Jordan. And it is in this city that he remained for the rest of his life as a scholar and teacher and a Faqeeh and educator.

His Educational Background and Teachers:

He received his education in a school, which was part of a relief shelter in Damascus, the capital of Syria. This school served as a place of refuge for seekers of knowledge for many previous generations. He benefited and learned from a number of Shuyookh and people of knowledge the likes of his father Al-Hajj Nooh, Sa’eed al-Burhaanee [2] and others.

Allaah made the science of the Prophetic Hadeeth beloved to him during the prime of his life and the early part of his youth. This was during the time when he would review articles written by Shaykh Muhammad Rasheed Ridaa in the magazine Al-Manaar, in which he would criticize weak narrations that Abu Haamid al-Ghazaalee mentioned in his book Ihyaa ‘Uloom-ud-Deen.

Shaykh Muhammad Raaghib aAt-Tabbaakh, the historian and Muhaddith of Halab (Aleppo), authorized him with an Ijaazah (certification) to teach his collection of narrations on trustworthy reporters, called “Al-Anwaar Al-Jaliyyah fee Mukhtasar Al-Athbaat Al-Halabiyyah.” This happened when he saw the Shaykh’s intelligence and extraordinary abilities and his brightness in comprehending and understanding, [3] as well as his strong desire to learn the Islaamic sciences and the knowledge of Hadeeth.

His Early Role in Da’wah and Effects on the Ummah:
He began writing and authoring books during the first stages of the second part of his life (i.e. after reaching middle age). One of the first books he wrote on Fiqh, which was based on knowing the evidences and using comparative Fiqh, was his book: “Tahdheer-us-Saajid min Ittikhaadh al-Quboor Masaajid” (Warning the Worshipper against taking Graves as a Place of Worship). This book was printed many times. And from his first books in which he referenced and checked hadeeth, was his book “Ar-Rawd-un-Nadeer fee Tarteeb wa Takhreej Mu’jam At-Tabaraanee As-Sagheer” (Blossoming Gardens: Arrangement and Referencing of the book Mu’jam As-Sagheer of At-Tabaraanee). This book is still in manuscript form and not printed.

The Shaykh was called and invited by many Islaamic universities and Muslim organizations around the world to take high positions with them, but he turned down most of them by making excuses due to his many preoccupations with regard to (acquiring and teaching) knowledge.

He was put in charge of teaching the subject of Prophetic Hadeeth in the Islaamic University of Madeenah at the time of its inception for the length of three years, beginning from the year 1381H. Because of him, this move had a great influence in bringing about a scientific and comprehensive revival of the subject of Hadeeth throughout the entire world – on all fronts. As for the official front, then this was by all the universities having a strong concern for that subject, such that they produced a hundred university treatises, which deal specifically with the Science of Hadeeth. As for the general nationwide front, then this was such that a large number of students of knowledge applied for studies in the Science of Hadeeth and specialization in that field. And this goes as well for all the other things that came as a result afterwards. So it became one of the Shaykh’s many effects.

One of the greatest proofs for this is the large amount of Hadeeth books, with checked and authenticated chains of narration, and written indexes for Hadeeth that exist today, a majority of which were not known in previous years. No one can deny this effect due to its clear and obvious nature – not even those who opposed the Shaykh and fought against his methodology.

The Scholars’ Praise for Him:
The senior scholars and Imaams of this time praised him and they would ask him questions, go to visit him, seek religious verdicts from him and exchange letters with him. And if they, may Allaah preserve those of them who are living and have mercy on those who have died, were to be counted, all of them would not be able to be accounted for.

At the head of them was the noble Shaykh and great scholar, ‘Abdul-‘Azeez Ibn ‘Abdillaah Ibn Baaz, [4] for he had great esteem and profound respect for him. May Allaah have mercy on them both. [5]

Shaykh ‘Abdul-‘Azeez al-Hudda said:

“The Shaykh, the great scholar, the ocean (of knowledge), Muhammad Al-Ameen Ash-Shanqeetee (rahimahullaah) – the one whom no one’s knowledge of the Science of Tafseer and the Arabic Language was comparable to his during his lifetime – used to respect Shaykh al-Albaani so remarkably to the point that when he would see him passing by, and he was giving his class in the masjid of Madeenah, he would stop his class to stand and give Salaam to him out of respect for him.”

The great scholar, the teacher, Muhibb-ud-Deen al-Khateeb said:

“And from the callers to the Sunnah who devoted their lives to reviving it was our brother Muhammad Naasir-ud-Deen Nooh Najaatee al-Albaani.”

The great scholar Muhammad Haamid al-Fiqee (rahimahullaah) said:

“…the brother, the Salafee, the Scholar, Shaykh Naasir-ud-Deen.”

The former Muftee of the kingdom of Saudi Arabia, Shaykh Muhammad Ibn Ibraheem Aali Shaykh (rahimahullaah) said:

“And he is the upholder of the Sunnah, a supporter of the truth and an opposition to the people of falsehood.”

During his lifetime, the father, the Shaykh, ‘Abdul-’Azeez Ibn Baaz (rahimahullaah) said:

“I have not seen under the surface of the sky a person knowledgeable of the Hadeeth in our current time the likes of the great scholar, Muhammad Naasir-ud-Deen al-Albaani.”

And he (rahimahullaah) was asked about the hadeeth of the Prophet (sal-Allaahu ‘alayhe wa sallam):

“Indeed Allaah raises up from this ummah at the beginning of every century someone who will revive it for them (i.e. a mujaddid).”

So he was asked who is the mujaddid of this century? He replied:

“Shaykh Muhammad Naasir-ud-Deen al-Albaani. He is the mujaddid in my opinion and Allaah knows best.”

Shaykh Muhammad Ibn Saalih Al-‘Uthaimeen (rahimahullaah) said:

“From what I came to know of the Shaykh through my gatherings with him – and they were few – was that he was very serious about acting upon the Sunnah and fighting against the innovations. And this was regardless of whether it was about the Belief or about actions. As for through my readings of his written works, then I have come to know that about him, and also that he possesses a vast amount of knowledge of Hadeeth, in terms of reporting them and investigating them. And Allaah has benefited many people through what he has written such as about knowledge, aspects of the Manhaj, and concern for the science of Hadeeth. And he has had an enormous influence on the Muslims, all praise be to Allaah.”

The great scholar, Shaykh Zayd Ibn Fayaad (rahimahullaah) said about him:

“Indeed, Shaykh Muhammad Naasir-ud-Deen al-Albaani is from the most prominent and distinguished personalities of this era. He had great concern for the Hadeeth – its paths of transmission, its reporters and its levels of authenticity or weakness. This is an honorable task from the best things in which hours can be spent and efforts can be made. And he was like any other of the scholars – those who are correct in some matters and err in other matters. However, his devotion to this great science (i.e. of Hadeeth) is from that which requires that his prestige be acknowledged and his endeavors in it be appreciated.”

Shaykh Muqbil Ibn Haadee al-Waadi’ee (rahimahullaah) said:

“Indeed, there cannot be found an equal in terms of the knowledge of Hadeeth like that of Shaykh Muhammad Naasir-ud-Deen al-Albaani. Allaah has given benefit through his knowledge and his books numerous times more than what has been accomplished by those zealots for Islaam who act upon ignorance – those who organize reformation and revolutionary movements. And that which I sincerely believe and am convinced about is that the Shaykh Muhammad Naasir-ud-Deen al-Albaani is from the mujaddideen (reformers/revivers) whom the Prophet (sal-Allaahu ‘alayhe wa sallam) spoke the truth of when he said:

’Indeed Allaah raises up from this ummah at the beginning of every century someone who will revive it for them (i.e. a mujaddid).’ Reported by Abu Daawood and authenticated by Al-‘Iraaqee and others.”

The Basis of His Da’wah:

The students of the Shaykh – those who learned from him through the university or through his private gatherings of knowledge or through his written works – are many and widespread throughout all parts of the world, all praise be to Allaah. They are spreading the authentic knowledge and calling the people to the pure methodology with strength and firmness.

The Shaykh spent all of his life calling to Allaah upon sound proofs and evidences, basing his call on the methodology of Tasfiyah and Tarbiyah, which is based on knowledge and self-purification. So he was a noble instructor and a truthful educator (enforcing Tarbiyah). [6] By Allaah, we were brought up and raised tremendously by his methodology (manhaj), his agreeable countenance, his good manners, his high morals, his elevated character and his soft heart.

His Characteristics:
The Shaykh, may Allaah have mercy on him, had many praiseworthy characteristics. Among the most clear, manifest and highest of them was his profound precision with regard to knowledge, his diligence, perseverance, his tolerance (with others), his firmness upon the truth, his quickness to return to correctness, [7] his patience with the hardships of knowledge and Da’wah, and his taking of insults and harms for the sake of the Da’wah, bearing that with patience and consideration.

One of the greatest things that distinguished the Shaykh from many of his (Muslim) brothers amongst the people of knowledge was his strong support for the Sunnah and its adherents, [8] his firmness upon the methodology of the Salaf As-Saalih, his love for those who called to it, and his refutation against the deviants from all levels and various positions, with an extreme clearness and a rare clarity.

His Fame:
The Shaykh, rahimahullaah, received a tremendous acceptance from the righteous Muslims all over the world. He gained wide and vast fame and notoriety in all of the different regions of the world, even though he did not seek after it nor strive for it. On the contrary, he would run away and flee from it. And he would always repeat these words: “Love for fame will break one’s back.” May Allaah have mercy on him.

No one amongst mankind had a blessing or bounty over him in any of the worldly affairs. His knowledge was his mediator and his patience was his guide. [9] He was persistent (in his efforts), perseverant, patient, always struggling, earnest and hard working.

The Last Part of His Life:
The Shaykh, rahimahullaah, did not cease to be devoted to the knowledge, persistent in authoring works, diligent in teaching and educating until he reached the age of eighty-six. He did not stop authoring books, writing letters and doing referencing and checking of ahaadeeth – because of his heart’s attachment to that – until the last two months of his life, when he grew very weak. This was until Allaah took his soul in death right before sunset (Maghrib) on Saturday when eight days remained for the end of the month Jumaadaa al-Aakhira of the year 1420H (10/2/1999).

His Death and Its Effect on the Ummah:
The Shaykh’s Janaazah (funeral) prayer was performed on the evening of the same day that he died. Scores of people, whose number exceeded that of five thousand persons, prayed over him in a musalla (place of prayer). Despite the fact that his body was prepared, he was prayed over and then buried, his burial was completed at the earliest time possible, in compliance with his final Will, in which he encouraged that the prophetic Sunnah be adhered to and acted upon.

The scholars, students of knowledge and common people were all affected by his loss. When the news of his death was conveyed, he was remembered and praised by the high and respected people of knowledge, such as Shaykh ‘Abdul-‘Azeez Ibn ‘Abdillaah Aali Shaykh, Chief Muftee of the Kingdom of Saudi Arabia, Shaykh Muhammad Ibn Saalih Al-‘Uthaimeen, Shaykh ‘Abdullaah Ibn Jibreen, Shaykh Saalih Ibn ‘Abdil-‘Azeez Ibn Muhammad Aali Shaykh and others.



Footnotes

[1] I heard our Shaykh say many times, when mentioning this man’s name: ‘The one whom Allaah has caused his heart to go astray.’ You can find a biography of Ahmad Zogu in the book Al-Mawsoo’at-ul-‘Arabiyyah Al-Muyassarah (1/733).

[2] This is a refutation against those who claim that: ‘al-Albaani had no teachers (i.e. Shuyookh)’ or that ‘He studied the knowledge on his own!’

[3] In spite of this, there are some evil mischievous people today, who are guided by their desires and say about our Shaykh: ‘He was dumb and not able to understand.’ So what transgression do we find from these small ignoramuses and foolish people!

[4] The brother, Dr. Muhammad Lutfee As-Sabaagh, may Allaah grant him success, related to us that he heard Shaykh Ibn Baaz, rahimahullaah, say about our Shaykh: ‘I don’t know of anyone under the surface of the sky with more knowledge of the Hadeeth of Allaah’s Messenger than Shaykh Naasir.’ [See Ad-Dustoor Newspaper of Jordan (10/8/1999)]

[5] Translator’s Note: This section of the scholars’ sayings about al-Albaani was added from Al-Asaalah Magazine Issue 23, pg. 76-77.

[6] As for what some people relate from him that he, may Allaah have mercy on him, said: ‘I taught and I did not educate (using Tarbiyah)’, then he only said this out of humbleness and to suppress his soul. And even if this is not so, then I ask, is there anything besides knowledge that will purify and cultivate (Tarbiyah)? Is it only words and expressions?! Or is it purely passions and emotions?!

[7] There is no contradiction between these last two characteristics, as is made quite clear with the least bit of reflection. By Allaah, how many times have we seen the humility of our Shaykh while he listened to those lower than him in his gatherings In fact, he even asked some of his youngest students and sought explanations from them for aspects of knowledge that he had trouble with. And he would accept peoples’ arguments with open-mindedness. So he had no pride or haughtiness. We ask you, O Allaah, to rectify our hearts and to grant us refuge from the evils of our souls.

[8] The Shaykh handed me his introduction – written with his own hand – to the book Madaarik An-Nadhr fee As-Siyaasah of the brother, the Shaykh ‘Abdul-Maalik Ramadaanee – so that I can give it to him. In this introduction is found the Shaykh’s support for the book, according to the correct manner, and his aid for what clear truth is found in it. But in spite of this, we hear from some people that they have doubts about the Shaykh’s introduction (!) or they say that he wrote it before the book was put in order! So then what was it?! That book was the book itself, without any doubt about it! As for what was supplemented to it, then that was only to aid and support its original status – they were not additions that changed the books main ideas. So based on this, warning against this book and belittling its status is an injustice that is contrary to what is correct and it is in opposition to what our senior scholars and Shaykhs are upon.

[9] So what some people say to themselves or that which some of them whisper to others – that they share credit in the Shaykh’s fame or that they are responsible for people knowing him (!), then these are words, which the present situation and current conditions contradict and oppose.

HERE
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو
أم أبي التراب
Admin
avatar

المساهمات : 478
تاريخ التسجيل : 14/05/2017

مُساهمةموضوع: رد: سيرة ذاتية مختصرة للشيخ الألباني رحمه الله Brief biography of Sheikh Al-Albani may Go   الإثنين يونيو 12, 2017 4:13 am



سيرة موجزة عن الشيخ آل ألباني وأضواء على الحياة العلمية له - الفرنسية

Brève biographie du cheikh al Albany et des lumières sur sa vie scientifique - Français

Son enfance...

Il est né en 1914 dans la ville de Ouchqou Dara qui était à l'époque la capitale d'Albanie, dans une famille pauvre mais pratiquante et connue pour les connaissances religieuses. Son père al Haj Nouh fut diplômé des instituts religieux de la capitale Othomane " Istanbul ", puis il est revenu chez lui pour enseigner et éduquer les gens.
Lorsque le roi "Ahmed Zogho " prit le pouvoir en Albanie, et décida de rendre le pays laïque imitant l'occident dans tous les domaines de la vie, le père prit peur et pressentit que le mal s'accroîtra. Alors il prit la décision d'émigrer en Syrie (Cham) pour sauvegarder sa religion et par crainte pour ses enfants des troubles. Son choix fut la ville de Damas dont il avait auparavant prit connaissance lors de son voyage pour le pèlerinage et ce qui le poussa à choisir cette ville ce sont les Hadiths rapportés sur les mérites de cette région et les invocations faites par le Messager -prières et bénédiction d'Allah sur lui- pour elle.

Le grand savant al Albany a terminé ses études primaires dans l'école de " Jam'yat al Is'af al Kheiry " à Damas avec un niveau élevé. Du fait de la mauvaise idée que se faisait son père sur les écoles publiques du point de vue religieux, il décida de ne plus le laisser aller à l'école, et lui prépara un programme structuré. De ce programme, il apprit le Coran avec le Tajwid, la grammaire et le Fiqh d'après le Madh-hab Hanafi. De même que des amis à son père ont participé à son enseignement des sciences religieuses et arabes comme on verra plus loin.

Il apprit de son père la réparation des montres jusqu'à devenir un des meilleurs réparateurs de la ville, et il commença à gagner sa vie de ce métier. Son apprentissage de ce métier et son émigration vers la Syrie (Cham) furent deux grands bienfaits d'Allah pour lui, et pour cela son père a un grand mérite car le métier de réparateur de montres lui permit d'avoir un grand temps libre pour pouvoir lire et étudier les livres, et l'émigration vers Damas lui permit de connaître la langue arabe et les sciences religieuses depuis leurs sources.

Vers la science du Hadith et l'importance qu'il lui donna...

Le cheikh al Albany se dirigea vers la science du Hadith alors qu'il n'avait que 20 ans à peu près, attiré par les articles qui paraissaient dans la revue "al Manar" publiée par le cheikh Mouhammad Rachid Rida -qu'Allah lui fasse miséricorde-.

Le premier travail qu'il entreprit dans le Hadith fut de recopier le livre : Al Moughni 'an haml al asfar fil asfar fi takhrij ma fil ihya minal akhbar du Hafidh al 'Iraquy -qu'Allah lui fasse miséricorde- avec des annotations.
Celui qui regarde l'effort du cheikh dans ce travail est étonné par son intelligence, par ses bonnes connaissances à ce jeune âge, et l'étonnement augmente pour son assiduité pour le rangement du livre, et pour sa bonne écriture.
Ceci fut pour lui le début d'un grand bien car il avait de plus en plus d'envie pour la science du Hadith jusqu'à que son père désapprouva sa préoccupation pour cette science et lui disait :

" La science du Hadith est réservée à ceux qui font faillite ! ".

Malgré tout cela, l'amour du cheikh pour le Hadith du Messager d'Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui-, et la distinction de l'authentique et du faible ne faisaient qu'augmenter. Et puisqu'il vivait sous la charge de son père qui avait à sa charge une grande famille, il n'avait pas les moyens d'acheter ce qu'il lui fallait comme livres qu'il ne trouvait pas dans la bibliothèque de son père qui était pleine de livres suivant le rite Hanafite.

C'est pour cela qu'il se dirigea vers la grande bibliothèque Adhahirya. Ceci fut un grand bienfait d'Allah sur lui car il y trouvait tout livre qu'il ne pouvait acheter, de même certaines librairies commerciales lui prêtaient des livres comme la librairie de Salim al Qouçaibany -qu'Allah lui fasse miséricorde- et la librairie arabe Hachémite (al Maktaba al 'arabya al hachimya) de 'Oubeid Ikhwane.

Son intérêt pour le Hadith et ses sciences est devenu sa grande préoccupation, jusqu'à ce qu'il lui arrivait de fermer sa boutique pour aller à la librairie Adhahirya et il y restait douze heures sans se lasser de la lecture, des annotations et de la vérification sauf pour les Salâts pour lesquelles il s'arrêtait. Et souvent il mangeait simplement dans la bibliothèque. Puis la direction de la bibliothèque décida de lui réserver une pièce pour lui seul, pour qu'il puisse faire ses recherches utiles dans la science, et aussi de lui donner la clé de la bibliothèque. Et là, pendant des années, le cheikh venait tôt le matin avant les employés qui eux retournaient chez eux à l'heure du Dhohr sans revenir, alors que lui, y restait ce qu'Allah veuille qu'il reste, et il lui arrivait de ne repartir qu'après avoir prié la Salât du 'Icha.

Tous ceux qui le voyaient à l'époque dans la bibliothèque, savaient le degré de ses efforts et sa volonté de ne pas perdre de temps, jusqu'à que certains lui en voulaient car il était trop dans la lecture et l'écriture lorsqu'ils lui rendaient visite à la bibliothèque. Naturellement le cheikh était excusable car il ne voulait pas perdre son temps avec les longues salutations et bienvenues, il répondait aux questions qui lui étaient posées, tout en regardant dans le livre et sans relever son regard vers celui qui pose la question avec le strict minimum de mots suffisants. Parmi les fruits de ce grand effort béni, il y a eu :
- Takhrij ahadith al bouyou' fi mawsou'ati al fiqh al islami (Recherche sur ceux qui ont rapporté les Hadiths concernant le commerce dans la jurisprudence islamique), et d'autres ouvrages que l'on verra si Allah le veut.
- Celui qui lit l'introduction du cheikh dans Fahras makhtoutat al Hadith fil maktaba adhahirya (L'index des manuscrits du Hadith dans la bibliothèque Adhahirya), lorsqu'il parle sur la difficulté de retrouver une feuille perdue ou mal rangée, reconnaît la longue patience et l'énorme effort qu'il a entrepris pour servir la Sounnah purifiée.

L'appel à Allah exalté soit-Il...

Les Hadiths du Messager d'Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- ont eu un grand effet sur la voie qu'entreprit le cheikh dans la science comme dans la pratique, et c'est comme ça que le cheikh prit la bonne voie authentique qui est de ne prendre que d'Allah et de Son Messager -prières et bénédiction d'Allah sur lui- seulement en s'aidant de la compréhension des grands Imams parmi les pieux prédécesseurs, sans aucun fanatisme pour l'un d'entre eux, mais plutôt c'est la vérité qu'il recherchait là où elle se trouve.

De là, il commença à contredire le Madh-hab Hanafi dans lequel il grandit. Son père -qu'Allah lui fasse miséricorde- s'opposait à lui durement, alors le cheikh lui démontrait qu'il n'était pas permis à un musulman de délaisser la pratique des Hadiths du Messager d'Allah -prières et bénédiction d'Allah sur lui- alors qu'ils sont authentiques et que certains Imams les ont mis en pratique quelque soit celui qui les contredit, tout en lui expliquant aussi que ceci est la voie de l'Imam abou Hanifa ainsi que les autres imams, qu'Allah leur soit clément.

Et c'est comme ça que les discussions ont commencé entre le cheikh al Albany et les autres savants. Il subit une grande opposition de la part de beaucoup de cheikhs fanatiques à leurs Madh-hab et des cheikhs Soufis et des charlatans innovateurs, et surtout des gens de la même origine que lui (la communauté albanaise de Damas) qui poussaient la masse contre lui en prétendant qu'il était un Wahhabite égaré et ils prévenaient les gens contre lui, alors qu'au même moment des savants connus de Damas étaient d'accord avec lui et l'ont encouragé à continuer dans son prêche. Parmi eux, il y avait le grand savant Bahjat Albaitar, le cheikh 'Abdoul Fattah al Imam, le cheikh Tawfiq al Barzah et bien d'autres, qu'Allah leur soit clément. Le Cheikh al Albany n'en avait que faire des paroles des gens et de leur opposition, mais bien au contraire ceci ne faisait que le pousser à persister sur la vraie voie. Il s'éduquait à avoir la patience et à supporter le mal (qu'on lui faisait) et ceci comme application du commandement de Louqmane à son fils comme Allah nous le cite dans Son Livre

Et il est véritablement comme le dit sur lui un de ses élèves : « Il est comme la pluie qui ne regarde pas sur quelle terre elle va tomber ».

Le cheikh prit en main l'étendard du Tawhid et de la Sounnah, et visita beaucoup de savants de Damas et il y a eu entre lui et eux beaucoup de discussions sur des questions du Tawhid, l'attachement fanatique au Madh-hab et les innovations, et ceci, en compagnie du cheikh 'Abdoul Fattah al Imam -qu'Allah lui fasse miséricorde- qui était à l'époque le président de l'association des jeunes musulmans.

Le cheikh -qu'Allah lui fasse miséricorde- donnait deux cours par semaine auxquels participaient les étudiants en religion et quelques professeurs d'université. Parmi les livres qu'il a enseignés, il y a :
1- Fath al Majid Charh Kitab at Tawhid (commentaire du livre de l'unicité) de 'Abdour-Rahmane ibn Hassan ibn Mouhammad ibn 'Abdil Wahhab.
2- Ar Rawda an Nadya Charh ad Dourar al Bahya.
3- Minhaj al Islam fil Houkm (la voie de l'islam dans la façon de gouverner) de Mouhammad Assad.
4- Ouçoul al Fiqh (les fondements de la jurisprudence) de 'Abdoul Wahhab Khallaf.
5- Mouçtalah at Tarikh (la science de l'histoire) de Assad Roustoum.
6- Fiqh as Sounnah (la compréhension de la Sounnah) de Sayid Sabiq
7- Al Ba'ith al Hathith Charh Ikhtiçar 'Ouloum al Hadith d'ibn Kathir de Ahmad Chakir.
8- At Targhib wa at Tarhib de al Hafidh al Moundhiri.
19- Ryad as Salihin (Les jardins des vertueux) de an Nawawy.
10- Al Ilmam fa Ahadith al Ahkam d'ibn Daqiq al 'Id.

Mais il n'a pas pu terminer ces deux derniers livres à cause de certains cheikhs qui se sont plaints de lui auprès des autorités et il fut emprisonné à peu près six mois. Il avait déjà connu la prison avant cela en 1967 où il y resta un mois.

Le cheikh avait des voyages mensuels organisés, au début c'était pour une semaine par mois, puis ce fut trois jours par mois. Le cheikh allait dans les grandes villes comme Halab, Idlab, Alladhiqya, Salmya, Homs, Hama, Arriqah puis des voyages vers la Jordanie avant qu'il ne décide d'y résider dernièrement. Tous ces efforts et ces voyages eurent de très bons fruits, même s'il y avait l'opposition des gens de la passion, cela ne le décourageait pas à continuer.

L'enseignement à l'université Islamique de Médine...

Avec l'aide d'Allah, élevé soit-Il, puis des efforts continus, de bons ouvrages du cheikh ont vu le jour dans les domaines du Hadith, du Fiqh, de la 'Aquida et autres qui ont montré aux savants ce qu'Allah lui avait donné comme compréhension authentique, grande science, grande compréhension du Hadith, de ses sciences, de ses narrateurs, ainsi qu'un chemin scientifique qui fait du Livre et de la Sounnah le juge et la balance dans tous les domaines, et tout ceci avec la compréhension des pieux prédécesseurs et leur voie dans l'apprentissage et du d'écoulement des règles et des lois.

C'est cette voie qu'entreprirent beaucoup de grands savants surtout le cheikh al Islam ibn Taymiya et ses élèves, et ceux qui les ont suivis.

Tout ceci rendit le cheikh célèbre, les savants retournaient à lui, les responsables des écoles de science reconnaissaient son degré. Ce qui poussa les responsables de l'université islamique (de Médine) lors de sa fondation, et à leur tête le cheikh et grand savant Mouhammad ibn Ibrahim أ‚l cheikh -qu'Allah lui fasse miséricorde- le président de l'université islamique à l'époque et le grand Moufti du Royaume d'Arabie Saoudite, de choisir le cheikh al Albany pour le poste de professeur du Hadith, de ses sciences et de sa compréhension à l'université. Le cheikh y resta trois ans, de l'année 1381h jusqu'à la fin de l'année 1383h, en enseignant le Hadith et ses sciences, et pendant cette période il était un bon exemple à suivre dans l'effort, la sincérité et la modestie. Ceci se voyait très bien dans ses assises avec les étudiants pendant les inter-classes et dans les voyages organisés par l'université. Et à cette époque, il était membre du Conseil de l'université.

Le retour du cheikh à Damas...

Le cheikh est retourné à Damas avec encore une plus grande volonté, et il rejoignit sa pièce qui lui était réservée dans la librairie Adhahirya, et il se remit à étudier et écrire, et il consacra tout son temps à cela. Il délaissa sa boutique (pour réparer les montres) à un de ses frères, puis à son fils après la mort de son frère -qu'Allah lui fasse miséricorde-. Son temps entièrement réservé à l'étude et l'écriture lui permit de présenter au monde islamique encore plus d'ouvrages utiles et de bonnes vérifications qu'on citera dans cette biographie.

Les liens avec les savants, leur étonnement et leurs éloges à son encontre...

Le cheikh al Albany rencontra beaucoup de savants et d'étudiants en science, et il leur apprenait des choses comme eux lui en apprenaient. Et parmi les savants qu'il a rencontrés, il y a :

Le cheikh Mouhammad Hamid al Faqi président de Jama'at Ansar as Sounah al Mouhammadya en Egypte -qu'Allah lui fasse miséricorde-

Le grand savant Ahmad Chakir -qu'Allah lui fasse miséricorde-.

Il y a eu entre eux et lui des recherches et des discussions bénéfiques dans la science.

Le cheikh 'Abdour-Razzaq Hamza -qu'Allah lui fasse miséricorde-.

Le docteur et grand savant Mouhammad Taqyouddine Al Hilaly -qu'Allah lui fasse miséricorde-

Le grand savant et cheikh al Hafidh Mouhammad al Joundalawy -qu'Allah lui fasse miséricorde- durant la période où il enseignait à l'université islamique de Médine.

Le grand savant et cheikh Mouhammad Raghib Attabbakh -qu'Allah lui fasse miséricorde- l'historien de Halab voulu rencontrer le cheikh al Albany, et cela s'est fait par l'intermédiaire du professeur Mouhammad Moubarak -qu'Allah lui fasse miséricorde-. A cette époque, le cheikh al Albany était encore tout jeune, mais le cheikh at-Tabbakh était surpris de ce qu'il entendait sur lui au sujet de sa grande volonté dans le prêche au Livre et à la Sounnah, et son étude des sciences du Hadith. Et il lui donna la permission de rapporter d'après lui ses chaînes de narration et il lui donna son livre : Al anwar al jalya fi moukhtaçar al athbat al halabya.

Et en ce qui concerne ses relations avec son excellence le cheikh 'Abdoul 'Aziz ibn 'Abdillah ibn Baz-qu'Allah lui fasse miséricorde-, le président de la direction des recherches scientifiques de l'Ifta et du prêche en Arabie Saoudite, il y avait de très bonnes liaisons entre eux, et ils ont eu des assises et des discussions bénéfiques dans la science lors de leurs rencontres et lorsqu'ils s'écrivaient.

Le cheikh 'Abdous-Samad Charafoud-dine un des savants de l'Inde et qui publia après vérification le premier volume de As-Sounanoul Koubra de an-Nassaï et Touhfatoul Achraf de al Mazi. Ils s'écrivaient beaucoup dans le domaine de la science, et une fois il lui écrivit :
« Il est parvenu au Cheikh 'Oubeidoullah arRouhmani le président de l'université as-Salafya à Banars (en Inde) une question, provenant de Daroul Ifta à Ryad en Arabie Saoudite, sur un Hadith dont le texte est étrange et dont le sens est étonnant, et qui a un lien proche de notre époque. Et il y a eu unanimité des savants réunis ici pour revenir au plus grand savant de cette époque sur les Hadiths prophétiques qui est le cheikh al Albany »

Beaucoup de savants lui ont écrit et lui ont fait savoir qu'il les impressionnait et qu'ils l'aimaient, qu'ils avaient envie de le rencontrer, surtout les savants d'Inde et du Pakistan.

Le grand savant 'Oubeidoullah ar-Rouhmany l'auteur de: Mirqat al mafatih Charh Michkat al Maçabih.

Le cheikh Mouhammad az-Zamzamy au Maroc qu’il a rencontré et avec qui il y eut des recherches et des discussions dans la science chez lui à Tanger. Et bien d'autres…

Beaucoup d'étudiants retournaient à lui, et ceci même encore, durant leurs études et leurs hautes spécialisations pour les diplômes du "Doctorat" et du "Magistère" dans les sciences islamiques. Ils allaient à sa rencontre, l'écoutaient, lui écrivaient et profitaient de lui dans les sciences du Hadith et autres.

Parmi eux, il y a le docteur Amine al Miçri -qu'Allah lui fasse miséricorde-, le président du département des études islamiques à l'université islamique de Médine. Et il disait clairement que le cheikh al Albany méritait plus son poste que lui et qu'il en était plus en droit. Il se considérait comme un de ses élèves, et il encourageait les étudiants à profiter de sa présence lorsqu'ils visitaient Médine.

Ce même témoignage lui fut donné par le docteur Soubhi As-Salih, ancien professeur du Hadith et de ses sciences à l'université de Damas et à l'université libanaise aujourd'hui.

Ainsi que le docteur Ahmad Al 'Assal, président du département de la culture et des études islamiques à l'université de Ryad.

Le cheikh Mouhammad Taïb Oukij Al Yousnari, professeur de l'exégèse, du Hadith et du Fiqh à la faculté religieuse de l'université d'Ankara en Turquie et à l'institut islamique supérieur à Konya, lui envoya beaucoup de lettres où il y montre son étonnement pour le cheikh al Albany et où il pose certaines questions concernant la science. Parmi lesquelles, il y a cette lettre datée du 7 Cha'bane 1389h où il dit :
« Son excellence, le grand savant et chercheur, le professeur respecté abou 'Abdir-Rahmane Mouhammad Naciroud-dine al Albany (Qu'Allah le protège de tout mal et qu'il rende ses connaissances bénéfiques pour nous), mon cher professeur respecté... Je vous félicite pour votre grande réussite dans le domaine de la science, qu'Allah augmente dans le monde islamique le nombre de gens comme vous. Et en réalité, j'aurai voulu avoir tous vos livres, c'est pour cela que je vous demanderai d'en aviser vos éditeurs pour qu'ils me les envoient à mon adresse et je vous en remercie d'avance »

Aussi le docteur 'Abdoul-'Ali 'Abdoul-Hamid Al A'dhamy, le professeur à la faculté des études islamiques à l'université de Beirou au Nigéria, qui lui fit de très bons éloges.

Le professeur Ahmad Madh-har Al 'Adhama, président de l'association at-Tamaddou al Islami à Damas, qui fut impressionné de sa science et qui lui permis d'écrire dans sa revue beaucoup d'articles sans faire attention aux dires de beaucoup d'opposants. Il écrit sur lui: « Damas connut son plus grand Mouhaddith, le grand savant Badroud-dine al Housseiny ; et lorsqu'il mourût, la ville n'avait plus d'imam dans les sciences du Hadith vers qui les gens retourneraient, si ce n’est un jeune Arna-outy[1] qui a grandit dans la science et la piété, qui est le professeur Mouhammad Naciroud-dine (al Albany) connu parmi les jeunes pour son travail dans le Hadith et ses sciences, qui a réunit les jeunes autour de lui et fut remarqué. Il a pu avoir des élèves qui apprennent de lui du fait de sa langue arabe claire, de la douceur de ses paroles et ses bonnes discussions. »

Aussi le grand savant Mouhammad 'Ata-oullah Hanif, auteur de At-Ta'liqat As-Salafya 'ala Sounane an-Nassa-i qui lui fit des éloges. Et aussi beaucoup d'autres savants et personnalités…

Ses efforts dans la science, ses fonctions et ses voyages...

Nous avons vu que le cheikh a étudié chez son père certaines sciences comme la grammaire, des livres de Fiqh Hanafi comme Moukhtaçar Al Qaddoury, et il apprit de lui le Coran entièrement avec Tajwid d'après la version de Hafs. Il étudia chez le cheikh Sa'id al Bourhany le livre Maraqi Alfalah dans le Fiqh Hanafi, le livre Choudhour adh-Dhahab dans la grammaire, et certains livres contemporains dans l'éloquence. Il assistait aux assemblées du grand Savant le cheikh Mouhammad Bahjat al Baitar -qu'Allah lui fasse miséricorde-avec des professeurs de al Majma' al 'Ilmi à Damas parmi lesquels 'Izzoud-dine at-Tannoukhy -qu'Allah lui fasse miséricorde-, ils lisaient le livre Al Hamassa de abou Tamam.

La faculté des études religieuses de Damas le choisit pour qu'il vérifie qui a rapporté les Hadiths dans le domaine du commerce, concernant l'encyclopédie du Fiqh islamique que l'université voulait publier (en 1955).

Il fut choisit comme Membre dans le bureau du Hadith, qui fut créé à l'époque de l'union entre l'Egypte et la Syrie, pour relire et superviser la publication des livres de la Sounnah.

L'université as-Salafya de Banars en Inde lui demanda de venir en Inde pour être le Cheikh du Hadith et il s'excusa de son refus car il était difficile pour lui d'emmener toute sa famille à cause de la guerre qui opposait l'Inde au Pakistan à cette époque.

Le ministre de l'éducation saoudien Hassan ibn 'Abdillah أ‚l Cheikh lui demanda en 1388h d'être le Superviseur de la faculté des hautes études islamiques à l'université de la Mecque.

Il fut choisit Membre du haut conseil de l'université islamique de Médine de l'année 1395h à l'année 1398h.

Il donna une conférence importante en Espagne, suite à l'invitation de l'union des étudiants musulmans en Espagne, et qui fut publiée plus tard avec pour titre : Al Hadith Houjja binafsih fil 'Aqa-id wal Ahkam (Le Hadith est un argument en lui-même (à part entière) dans les croyances et les règles). Il visita l'émirat du Qatar et y donna une conférence avec pour titre : Manzilatou as-Sounnah fil Islam (la place de la Sounnah dans l'Islam). Il fut envoyé par la direction des recherches scientifiques, de l'Ifta et du prêche (Ryad - Arabie Saoudite) en Egypte, au Maroc et en Grande-Bretagne pour prêcher au Monothéisme et à la vraie voie islamique. Il fut invité à beaucoup de congrès. Il participa à certains et s'excusa à la plupart de ne pouvoir y participer à cause du manque de temps, vu le nombre de ses travaux dans la science. Il visita certains pays européens, il y rencontra les minorités musulmanes ainsi que les étudiants musulmans, et il y donna des cours importants.

Les ouvrages et les travaux scientifiques...

Le cheikh a laissé beaucoup de livres écrits par lui-même et des travaux scientifiques sur d'anciens ouvrages, dont certains ont été traduits dans d'autres langues.

[Ici l'auteur 'Acim al Qar-youty en cita 114 et j'invite les frères et les sœurs à retourner au texte arabe pour voir les titres. Quant à son élève cheikh ‘Ali Hassan al Halaby, il en cite 218 dans son livre Ma’a cheikhina Naçir as-Sounnah wad-Dine.] (Le traducteur)

D’après une biographie rédigée par aboul Achbal 'Acim ibn 'Abdillah al Qar-youty,
Professeur à l'université islamique de Médine, le 10 Cha'bane 1405h.
Traduit en français par : Abou 'Abdir-Rahmane 'Abdoullah Attantany

_____________________________

[1] Habitant de la région comprenant l’Albani et le Kosovo.
ICIhttp://alalbani.info/alalbany_fr_001.php

وهناhttp://neeeddda.blogspot.com.eg/2017/05/breve-biographie-du-cheikh-al-albany-et.html
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو
 
سيرة ذاتية مختصرة للشيخ الألباني رحمه الله Brief biography of Sheikh Al-Albani may Go
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1
 مواضيع مماثلة
-
» Janane ma Muhammad Sallalah o Alaih e Wasallam-Muniba Sheikh
» ••● السادات : سيرة حية | Sadat : Action Biography ●••

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
منتدى نسائم العلم :: نسائم اللغات :: نسائم اللغات-
انتقل الى: